Archives du mot-clé société

les toasts … mais customisés à la japonaise


Coucou,

Allez c’est le matin, vous vous levez et vous allez vous faire des petits toasts (ou alors vous avez un(e) chéri(e) qui vous a fait de petits toasts) mais bon, on est vite blasé donc je vous propose une astuce pour rendre les toasts plus funs !!!

1ère solution, qui a longtemps été la mienne grâce au cadeau de Toshii kun : utiliser le grille pain Hello Kitty je dois dire que voir la tête de Hello Kitty sur ma tartine ça me faisait bien rigoler. Mais après de longues années de bons et loyaux services il a rendu l’âme.

2e solution: se faire des pika toasts (le pika toast est le toast pikachu bien sûr mais comme je viens d’imaginer le nom je prends une option dessus !!!)

 NON ce n’est pas que pour les enfants !!!

En plus on peut faire toutes les formes qu’on veut, mais on doit suivre la procédure suivante: utiliser du papier d’argent (oui je sais on dit aluminium mais moi ma grand mère m’a appris « papier d’argent » quand j’étais petite et je trouve ça plus joli !)

http://en.rocketnews24.com/2012/05/16/japanese-character-toast-is-the-cutest-thing-since-sliced-bread-all-you-need-is-aluminum-foil/

En fait il faut découper la forme que vous voulez dans le papier d’argent (et également faire vos toasts au four parceque dans le grille pain ça ne va pas marcher je vous préviens… et ne râlez pas si avez foutu le feu chez vous merci !!!)

Si le papier d’alu a tendance à se détacher vous pouvez mettre une couche de beurre (le site dit mayonnaise mais.. beurk un peu quand même, surtout si c’est pour mettre de la confiture dessus après).

Ensuite on peut avoir de véritables petits bijoux…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On peut faire du classique en Miffy ou Kitty !

 

Le site donne plein d’autres idées pour changer votre petits déjeuners !!!

Wacky Japan !!! Le Japon bizzarre… ici pyjama ou déguisement j’hésite


Disclaimer : I DO NOT OWN any of these outfits !!! ( no really I don’t, I just might but I do NOT)

Avertissement: Je NE POSSEDE aucun de ces … de ces quoi d’ailleurs ? Pyjama pour certains mais déguisements pour d’autres. (je pourrais, mais …. non)

Bonsoir,

Je trouve beaucoup de sujets sur le « wacky Japan » en ce moment. « Wacky » ça veut dire « timbré » ou « zarbi » en anglais et au Japon on peut vraiment se lâcher..

Un exemple que les gens ont l’habitude de voir. J’entends déjà les mamans dire : « c’est TROP mignon!!! »

Pour moi c’est un mouton mais il existe différentes versions du kigurumi:着ぐるみ qui est une contraction de  着る s’habiller et nuigurumi (ぬいぐるみ) jouet en peluche.

http://kigurumiya.com/

Tenté ????

Ne soyez pas trop triste si vous ne trouvez pas votre taille car…. je l’ai aussi en taille adulte!! (il faut oser quand même mais pour une sortie ça peut le faire)

Ici le shishimai (vous savez pendant les matsuri le lion dansant qu’on voit)

  le renard

Pikatchu bien sûr !!!!

Vous trouverez forcément votre bonheur (ou de quoi faire le malheur de quelqu’un) car il y a des personnages de Disney et autres… ici:

http://item.rakuten.co.jp/arrangedo/s-tan-2345/

Bon promis je reviens à des sujets plus sérieux ensuite

La crêpe japonaise: un choc culturel (pour nous!!!)


Vive nous, les français (bon les Bretons) champions de la gastronomie qui exportons plus facilement nos recettes de cuisine que nos avions !!!

Le Japon n’a pas résisté non plus à LA CREPE !!! Mais, faute de toujours bien savoir comment les manger, les japonais ont un peu transformé notre crêpe traditionnelle.

La crêpe japonaise est souvent blanche, blanchâtre en fait ou jaune, et elle est présentée dans les vitrines en forme de triangle afin qu’on puisse la rouler et la manger en marchant. Elle est souvent recouverte de fruits, crème chantilly, chocolat, boule de glace et autres ingrédients….

Atttention au pire: la Crêpe peut également être servie SALEE !!! Mais dans ce cas là c’est une galette me direz vous…. NON NON NON on garde la même pâte blanchâtre mais on met du saucisson dessus! (ou de la salade, du curry, regardez l’image en dessous)

 (mais la manger en marchant ça doit être plus difficile)

Par contre on doit bien dire qu’ils ont très bon goût pour ce qui est des noms donnés à leurs magasins ^^:

Marion crêpe ou マリオンクレープ c’est vraiment un très bon choix !!!

Je pense leur demander des droits… ou des crêpes gratuites à vie.

http://www.marion.co.jp/

La petite histoire de Marion crêpe ici: http://www.kochipan.org/article-marion-crepes-les-crepes-made-in-japan-55797631.html

Et je vous ai même trouvé une petite vidéo (non je ne suis pas dessus) d’une crêpe banane, custard cream, crême chantilly et chocolat (très léger) avec des amandes

Petit rappel: entre crêpe et galette quelle est la différence ?

la galette est à base de farine de sarrasin ou de blé noir (ça n’a rien à voir avec la galette des rois hein!) et se mange surtout avec du salé ou simplement un peu de beurre.

La crêpe elle est sucrée, elle est à base de farine de froment.

Cet été j’ai également découvert la crêpe Ninja !!!! Mais pourquoi est-elle toute noire? mystère !


On espère que le Shuriken planté dedans est en chocolat ^^. A découvrir à Kyoto, au NINJA KYOTO

 ATTENTION: quand on dit crêpe japonaise je ne parle pas de l’okonomiyaki parceque ce n’est pas une crêpe en fait même si on l’appelle souvent comme ça pour faire simple.

A Paris on a maintenant Princesse Crêpe si on veut découvrir la crêpe japonaise, c’est 3 rue des Ecouffes 4e!

Plus d’articles sur les crêpes ici:https://mpenaud.wordpress.com/tag/crepes/

Le Japon ne serait plus un pays riche en 2050 ?!


http://www.japantoday.com/category/national/view/japan-no-longer-a-rich-country-by-2050-think-tank

Selon cet article le Japon pourrait sortir du groupe des pays développés aux alentour de 2050. En cause une population en baisse, la baisse de la natalité l’augmentation des personnes âgées, une productivité ralentie, des investissements en berne et moins d’épargne, selon un groupe d’experts du 21st Century Public Policy Institute.

Dés 2030 l’économie devrait ralentir même si la productivité remonte au niveau des autres pays les plus performants. Le PNB du Japon devrait chuter derrière celui de l’Inde en 2014 et en 2050  tomber à 1/6e de la Chine et des USA.

Le Japon était la 2e économie mondiale jusqu’à l’année dernière quand elle a été dépassée par la Chine.

La solution avancée (et ça me plait bien par contre) augmenter la participation des femmes dans l’économie pour atteindre le niveau de la Suède (ce qui avec le machisme japonais n’est pas gagné d’avance) en 2040.

Le premier ministre Yoshihiko Noda  a un plan afin d’augmenter la TVA de 5% à 10% d’ici à 2015.

Une autre cause de la diminution de la population : l’immigration quasi inexistante.

Si vous allez sur le site de Japan Times vous verrez que les commentaires sont assez éloquents et pas toujours tendres.

On doit quand même se rappeler de quelle façon le Japon s’est relevé après la seconde guerre mondiale et sa réaction après Fukushima.

C’est vrai que la place de la femme reste à développer au Japon !!! (ceci dit sans supériorité aucune parcequ’en France on attend encore l’égalité salariale je vous rappelle !!!). Mais des crèches ça aiderait déjà.

Réactions au Japon sur le faux voyage de Sarkozy à Fukushima


Nous on a un président qu’il est génial (laisse je parle le jeun’s) !!! Il est allé partout et surtout il est allé à Fukushima! Pour un peu il nous réparait les réacteurs avec ses petits bras musclés…une ou deux baguettes pour faire tenir les murs et c’était bon.

J’ai bien aimé cet article de  Aujourd’hui le Japon

http://japon.aujourdhuilemonde.com/reactions-au-japon-sur-le-faux-voyage-de-sarkozy-fukushima

Le mensonge de Nicolas Sarkozy, qui a déclaré s’être rendu à Fukushima après la triple catastrophe du 11 mars, a fait du bruit jusqu’au Japon.

« Je suis allé à Fukushima, a déclaré le président-candidat lors d’un meeting à Caen le 6 avril, et contrairement à François Hollande, je peux vous dire que c’est un tsunami de 42m qui a dévasté la centrale. Franchement je n’avais pas imaginé le risque de tsunami immédiat en Alsace. » Nicolas Sarkozy attaquait son adversaire sur sa volonté de fermer la centrale de Fessenheim, « loin (de) la plage ».

Janick Magne, la candidate écologiste pour les Français à l’étranger aux prochaines législatives a réagi à ces propos en rappelant que Nicolas Sarkozy est bien allé au Japon mais seulement à Tokyo, 3 semaines après la catastrophe. « En aucun cas, ni à ce moment-là, ni après, il n’est allé à Fukushima (…) Qu’il cesse de se moquer des Français du Japon et de prendre ses rêves pour des réalités » dénonce-t-elle dans un communiqué. La candidate d’EELV dans la 11ème circonscription dit s’exprimer « au nom des Français du Japon plongés au coeur de la catastrophe de Fukushima et de ses conséquences sur leur vie et celle de leurs amis japonais »

Janick Magne précise que Nicolas Sarkozy a seulement « passé 4 heures » dans la capitale japonaise pour rencontrer « le Premier ministre ( Naoto) Kan et les Français du Japon à l’ambassade de France ».

Les médias japonais aussi dénoncent les mensonges de Sarkozy qui prétend être venu à Fukushima » a rapporté hier la correspondante de l’AFP au Japon sur Twitter.

Le Mail Online rappelle que notre président candidat avait déjà enjolivé la réalité en déclarant avoir assisté à la chute du mur de Berlin!!! (non mais ils oublient juste la montre de Hermione qui lui permet de remonter le temps et d’être à plusieurs endroits à la fois… c’est Sarkozy qui l’a)

http://www.dailymail.co.uk/news/article-2128726/Invisible-Man-Sarko-lies-visiting-Fukushima-Power-Plant-just-2-years-fibbed-witnessing-Berlin-Wall-come-down.html

Un musée retrace l’histoire des droits de l’homme (et de la femme) à Osaka


Aujourd’hui on va sortir un peu des sentiers battus pour parler d’un musée qui n’est sans doute pas en haut de votre liste de visites à Osaka: le Osaka Human Rights Museum aussi appelé Liberty Osaka.

Il se situe dans le district de Naniwa dans le sud de Osaka.

Avant la restauration de Meiji le Japon était organisé selon un système de castes avec des paria,  les eta (穢多,  littéralement « pleins de souillures ») et les hinin (非人, hinin?, « non-humains »).

On trouve dès l’époque féodale avec les burakumin une communauté de personnes mises à l’écart de la société et condamnées à le demeurer par l’effet d’une ségrégation sociale et spatiale. Les Hinin désignaient les marginaux tels qu’on les trouvaient aussi en Europe: les gens du spectacle, les saltimbanques, les condamnés et les pauvres issus de la population « ordinaire » qui étaient réduits à mendier et à occuper les emplois « sales » : s’occuper des prisonniers, ou devenir bourreaux, croque-morts ou espions. (En France si on ne doit pas poser le pain à l’envers sur la table c’est parceque c’est ainsi qu’on reconnaissait le pain traditionnellement gardé pour le bourreau)

Les Eta étaient eux des parias héréditaires, en cela similaires aux intouchables indiens, qui avaient le monopole des métiers liés au sang et à la mort des animaux : équarrisseur, boucher, tanneur, abatteur d’animaux.

Selon Jean-François Sabouret, la discrimination des burakumin est « presque aussi ancienne que l’histoire du Japon et de ses croyances locales ». La religion nationale, le shinto, considère comme souillées toutes les activités liées au sang et à la mort. Par ailleurs, le bouddhisme venu d’Inde par la Chine proscrit la mort des animaux considérés comme des êtres sensibles. Si les activités liées à la vie, à la mort et au sacré relevaient initialement du monopole religieux, les burakumin ont été progressivement chargés des occupations liées à la mort et au souillé, et identifiés à ces professions « impures » mais indispensables.  (merci à wikipedia pour la def)

 Le musée qui a ouvert en 1985 est plus tard renommé Osaka Jinken Hakubutsu-kan (Human Rights Museum). Il retrace non seulement les différentes façons de traiter les burakumin et plus tard les Chinois, les Coréens mais également les femmes puisque l’on avait quand je l’ai visité une pierre levée marquant l’interdiction faite aux femmes d’aller sur certains sentiers de pélerinage dans la montagne. En fait certaines montagnes étaient totalement interdites aux femmes, ce dont je n’avais jamais entendu parler.  Au 20e siècle le musée évoque également les droits des handicapés ou des malades du sida au Japon, des victimes de Minamata et des personnes âgées sans domicile fixe.

Tout est écrit en japonais mais il y a aussi un peu de documentation en anglais et des audio guides en japonais et en anglais.

Il est ouvert de  10:00 – 17:00 p.m. Dernière entréeà 16:30 p.m. Fermé le lundi, ainsi que le 4ème vendredi du mois et le jour de l’an.

Les stations les plus proches sont Ashiharabashi and Imamiya (Osaka Loop Line).

Entrée: 250 yen (500 yen pour les expositions temporaires ), 150 yen pour les lycéens,(300yen). Gratuit pour les personnes handicapées et les plus de 65 ans.

Ici: http://www.rue89.com/2011/04/18/fukushima-cherche-petites-mains-du-nucleaire-200413

un article dans lequel on peut lire que les burakumin subiraient encore des discriminations à l’embauche ce qui les conduirait à accepter des tâches plus dangereuses comme… a Fukushima !!!

Question de vocabulaire:

Bizzarement, j’ai toujours dit et entendu bunrakumin et pas burakumin et je trouve les deux sur internet donc si vous avez des lumières sur la question je suis preneuse.

Les personnes âgées au Japon -âge d’or, escroqueries et maisons de retraite


Les personnes âgées sont de plus de plus nombreuses au Japon et le pays déclare compter le plus grand nombre de centenaires. Un jour férié leur est d’ailleurs consacré. Le troisième lundi de septembre est l’un des rares jours fériés au Japon c’est keirô no hi qui signifie le jour du respect envers les personnes âgées. C’est une journée destinée à montrer le respect qui est dû aux anciens citoyens japonais.

dans les rues on voit de nombreuses obasan courbées sur leur canne ou munies de petits chariots à commissions qui font aussi office de petit fauteuil, on les retoruve ausi dans les sento (bains publics) où elles se font frotter le dos par des membres de leurs famille ou des voisines et on se dit que c’est peut être un des pays où il fait bon devenir âgé. Dans les trains (comme en France d’ailleurs) on vous rappelle que des places sont réservées aux personnes âgées, on vante les bienfaits de la nourriture japonaise équilibrée et l’écoute faite aux séniors. Est ce que le Japon n’est pas le pays qui déclare un sénior « trésor national vivant » quand il est maître d’un art ou  d’une technique?

Mais où sont vraiment toutes ces personnes âgées ? Lorsque le gouvernement japonais commence à les chercher on ne les trouve pas toujours car certaines sont décédées ou simplement disparues http://www.nytimes.com/2010/08/15/world/asia/15japan.html dans cet article d’août 2010 on déclarait ne pas avoir pu localiser plus de 281 personnes âgées de plus de 100 ans : « To date, the authorities have been unable to find more than 281 Japanese who had been listed in  records as 100 years old or older. Facing a growing public outcry, the country’s health minister, Akira Nagatsuma, said officials would meet with every person listed as 110 or older to verify that they are alive; Tokyo officials made the same promise for the 3,000 or so residents listed as 100 and up »

D’autres articles  du Japan Times http://www.japantimes.co.jp/text/fd20120212pb.html et certains dramas évoquent d’autres thèmes graves: les escroqueries menées par les yakuza et dirigées plus particulièrement vers les personnes âgées, les maisons de retraites dans lesquelles on laisse des gens que les familles n’ont plus le temps d’aller voir. C’est le cas d’un de mes dramas préférés Ninkyou Helper (le yakuza chevaleresque).

On voit bien dans le 1er épisode les grand mères qu’on appelle en prétendant que leur petit fils à commis un délit et en leur demandant de l’argent pour que l’affaire soit classée. C’est le « furikome sagi »  « furikome » voulant dire débit direct et « sagi » arnaque.

http://www.mysoju.com/japanese-drama/ninkyo-helper/episode-1/

Tous les épisodes de cette série abordent un aspect de la vie des personnes âgées placées en maison de retraite : une vieille dame battue par son petit fils mais qui le défend quand même car il est venu vivre avec elle et elle lui est reconnaissante, une dame trompée par une arnaqueuse se faisant passer pour une guarde malade, un vieux monsieur qui va mourir seul car sa famille ne vient jamais le voir …

Les yakuza tirent parti du « kizuna » des liens qui relient les familles entre eux, surtout après Fukushima (11 mars 2011). Cela nous rappelle que Kizuna est le kanji choisi comme Kanji de l’année en 2011.

Parmi les victimes récentes une femme  femme de 64 ans habitant à Chiba qui a payé 3millions de ¥ à un soit-disant « neveu »3 million pris la main dans le sac en train de piquer dans la caisse de son entreprise  ou une autre qui a envoyé  7,5 million de Yen en 5 jours à un « fils » qui avait mis sa copine enceinte.

Cette affiche montre le comédien Kurokke avec le titre  騙されないで « Damasarenaide! »
(ne vous laissez pas tromper/ ne vous faites pas abuser)
http://www.japantoday.com/category/kuchikomi/view/no-of-people-dying-alone-rises-in-no-relationship-society

Au Japon comme ailleurs on peut mourir tout seul mais peut être plus facilement qu’ailleurs. En 1987 à Tokyo, 788 hommes et 335 femmes sont morts seuls et chaque jour en moyenne 10 personnes meurent seules. Cela ne se concerne d’ailleurs pas QUE les personnes âgées car dans une société où les liens se sont distendus, (c’est le terme « Muen Shakai », « no relationship society » mis en avant par la NHK dans son documentaire en 2010), où l’on peut acheter tous ses repas au combini sans parler à personne ou presque et passer la journée devant son écran, on peut s’isoler complètement.

http://edge.sharethis.com/share4x/index.08494d37c792aa82b4ba36e63cbd06f6.html

http://www.nytimes.com/2007/11/03/world/asia/03japan.html?pagewanted=all

From 2000 to 2006, the number of older criminals soared by 160 percent, to 46,637, from 17,942, according to Japan’s National Police Agency. Shoplifting accounted for 54 percent of the total in 2006 and petty theft for 23 percent.

As a result, penitentiaries are struggling to adapt environments designed with the young in mind to a lawbreaking population that is fragile physically and often mentally.

Selon l’article et un rapport du ministère de la justice les personnes âgées récidiveraient également pour retourner en prison puisque là au moins on s’occupe d’eux

A recent Justice Ministry report said that older people were increasingly turning to crime out of poverty and isolation, suggesting a breakdown in traditional family and community ties. With nowhere else to go, more of the older inmates serve out their full sentences, instead of being released on parole like younger prisoners. What is more, recidivism is higher among the older inmates.

“There are some elderly who are afraid of going back into society,” said Takashi Hayashi, vice director of Onomichi Prison. “If they stay in prison, everything’s taken care of. There are examples of elderly who’ve left prison, used up what money they had, then were arrested after shoplifting at a convenience store. They’d made up their minds to go back to prison.”

A méditer !

Ps: Merci à Popi soudure de me rappeler de citer La balade de Narayama de Shôhei Imamura ! Dans ce film tous les plus de 70 ans doivent être abandonnés sur la montagne et la vieille femme oblige son fils à l’abandonner (je me souviens de la scène où elle se casse elle-même les dents sur une pierre pour lui montrer qu’elle est vieille – très émouvant ce film) On voit cette scène dans cet extrait ! 

http://en.wikipedia.org/wiki/Ubasute j’avais trouvé l’expression « ubasute yama » dans un drama.

J’aimais beaucoup cette version aussi  http://youtu.be/6ySbPdq9tus

 

Le Japon c’est pour les mecs !!! (ou pas) + guide du japon pour les filles


Mais oui, les mecs trouvent tout au Japon. Regarde autour de toi dans ton cours de japonais : TOUS les mecs ont eu , ont ou auront une copine japonaise alors que dans tes copines de cours combien peuvent dire la même chose ???

-Le hentai ? POUR LES MECS (bon on ne va pas trop les envier quand même vu le niveau de la chose sans mauvais jeu de mots),

-hier au karaoke on avait un jeu très sympa à la fin de chaque chanson. Une photo de fille à poil (avec floutage pubien quand même) pour vous récompenser d’avoir bien chanté. Mais l’équivalent masculin n’existe jamais bien sûr. (Entre parenthèses les mecs, j’excuse ceux d’hier car même moi je n’arrivais pas à enlever ce foutu jeu, mais si vous vous trouvez ça marrant, nous ça nous met mal à l’aise ou ça nous énerve ce genre de choses. Je suis sûre que si vous aviez des photos de mecs à poil après chaque chanson vous trouveriez ça très lourd)

-Le sake chaud dans les onsen c’est aussi du côté des mecs et j’en passe et des meilleures.

Le Japon reste une société machiste. Demande à ta copine japonaise quel sorte de travail elle fait et tu vas vite comprendre (ou pas d’ailleurs car on se perd dans la jungle des scolarités plus courtes pour les filles et des office ladies dont les tâches semblent assez nébuleuses.) Perso ça fait 10 ans que je tente de savoir ce que fait une de mes amies. (mais elle doit être une tueuse à gage façon  Carte des sons de Tokyo en fait )

En fait on n’est pas les seules filles à aimer le Japon, à découvrir les difficultés d’y vivre (pour les chanceuses) ou de trouver un mec parceque je vais vous parler d’un site super Being A Broad in Japan ! http://www.being-a-broad.org/about/history/

Déjà le jeu de mot me fait bien rire: Being A Broad in Japan (= être une fille au Japon) a le même son que Being Abroad (= être à l’étranger au Japon).

J’ai ADORRRRRRE le livre que j’ai finalement trouvé à Londres http://www.being-a-broad.com/index.php/bab/the_book  et qui donne des tas de détails super pratiques sur la vie au Japon, les problèmes administratifs et aborde des sujets plus difficiles comme le fait que le viol au Japon est souvent traité avec indifférence dans les commissariats ou le racisme. J’ai bien aimé la partie sur les couples mixtes (femme européenne ou américaine et homme japonais).

Franchement quand j’ai lu ce livre  (Being A Broad in Japan Everything a Western woman needs to survive and thrive) de Caroline Pover en 2001 ça parlait exactement de tout ce que je voulais savoir sur la vie quotidienne au Japon pour nous les filles. Pas les formalités administratives mais notre place à nous les filles européennes qui adorent le Japon et qui sortent parfois un peu dégoutées de Akihabara avec une overdose de filles à gros nichons !!! (parcequ’à la longue ça peut devenir un tantinet lourd quand même)

Le site organise également des réunions et des sorties pour les filles au Japon!

Bon maintenant les bons côtés pour nous les filles:

l’auto stop: Franchement en France je ne tente jamais mais au Japon ça m’est arrivé plusieurs fois d’être perdue et d’être prise en stop par quelqu’un dans sa voiture pour m’emmener vers l’auberge de jeunesse ou la gare. Si vous lisez Japan Times ou Japan Today vous verrez que le Japon n’est pas non plus le pays des bisounours, les agressions sexuelles, les viols existent donc je ne dis pas de partir les yeux fermés avec n’importe quel inconnu mais c’est moins violent que les USA par ex.

Bref je me suis promenée partout et à toute heure sans  avoir le moindre sentiment d’insécurité.

les sento: j’adoooore les sento (ils sont ségrégés par sexes donc vous êtes entre fille… avec des enfants parfois ce qui peut être bizzarre et aussi de temps en temps un homme qui vient nettoyer… ça c’est HYPER bizzare quand le patron traverse la salle mais c’est rare et regardez les ukiyo e, on y voit parfois un homme qui nettoie) ^^

Entre filles on papote sec (en japonais) et comme en tant qu’européenne vous allez sortir du bain rouge comme une écrevisse ça sufiit à birse la glace, on se sourit et on peut entamer une conversation. La grande fierté c’est que j’adooooore le bain glacé et que je peux y rester plus longtemps que la plupart des japonaises. ca les impressionne un max !!!

Une fois on m’a même proposé de me frotter le dos et de me faire un massage des épaules ce qui est hyper rare, j’étais adoptée pour 1 heure par un groupe de mamans et de mamies et c’était génial.

Les hommes sont en général nettement moins emballés par l’idée d’être nu dans le bain (homme nu = comparaison et ça les gêne souvent).

le shopping/ karaoke / accumulation de petits objets: hé bien au Japon c’est normal de faire du shopping tout le temps donc même sous la gare vous avez des espaces agréables, propres, et qui donnent envie de dépenser tout son salaire en **ies Hello Kitty/ Doraemon/ Loofy etc….

Le karaoke avec des japonais c’est super car les mecs VEULENT y aller…. et en ce qui concerne l’accumulation de petits objets kawaii le salaryman à côté de vous dans le train a aussi un truc kawaii (genre panthère rose) sur son attaché case (il a aussi sûrement un mini verre de sake à 10h du mat et reluque votre poitrine mais ça c’est une autre histoire).

– Le shopping est génial au Japon surtout parceque les vendeurs/ vendeuses sont vraiment là pour vous aider et qu’ils sont super aimables !!!!!  Oubliez la p**se qui se fait les ongles ou papotent (=braille) d’une voix vulgaire avec sa copine, au Japon les vendeuses peuvent traverser tout le magasin pour vous accompagner dans le bon rayon, on adore le service d’une boutique de luxe pour le prix d’un t-shirt… même si vous risquez de ne pas trouver votre taille de chaussures et de sous vêtements!!!

On trouve des vêtements sympa chez UNIQLO (même en 42/44) rayon femmes pour les hauts ou même hommes pour les pantalons et comme les japonais aiment bien les couleurs plus féminines (rose ou parme) c’est impec.

=> voir l’article sur le shopping ou la valise parfaite.

Bref les filles aussi vont adooooooorer le Japon… certains japonais sont même plutôt mignons. Je n’aime pas trop le côté efféminé mais on trouve aussi de beaux mecs: Hiroshi Abe ou Ken Watanabe par ex.

les hikikomori article de aujourd’hui le japon


Les Hikikomori, un problème insoluble?

le 28/7/2010 à 12h47
 par Benjamin Gauducheau (Aujourd’hui le Japon)

Les
Hikikomori sont ces personnes qui se coupent de toute vie sociale
pendant de longues périodes. Selon un récent sondage, ils seraient près
de 230 000 au Japon.

"Crise nationale". C’est par ces mots chocs que le quotidien Mainichi décrit le phénomène Hikikomori dans un éditorial publié récemment. 
Alarmant, l’éditorial appelle le gouvernement à se préoccuper vraiment
de ce problème de société tout à fait japonais. Il faut dire qu’à en
croire les chiffres, le phénomène paraît préoccupant. 
Selon un récent sondage gouvernemental, ils seraient près de 230
000 personnes à ne sortir de leurs chambre que pour aller faire des
courses. Ce chiffre s’élève à 700 000 si l’on y ajoute les personnes
qui ne sortent que pour faire des choses relatives aux loisirs.
Selon les résultats du sondage, 70% des Hikikomori sont de sexe
masculin. 44% auraient commencé à s’enfermer à cause de problèmes de
recherche d’emploi, et 46% ont la trentaine.
Par ailleurs, il y aurait près d’1,55 millions de "Hikikomori potentiels" ayant déjà penser à s’enfermer dans leur chambre.
Les critères retenus pour dans ce sondage pour définir les
Hikikomori ont été un enfermement de plus de six mois pour des raisons
autres que la garde d’enfants ou la maladie.
Les Hikikomori sont peu connus en Occident, bien moins en  tout
cas que les Otaku, ces personnes nourrissant une passion obsessionnelle
pour les mangas  ou les jeux vidéos.
Au Japon, on peine à expliquer ce phénomène, apparu durant les
années 80 et prolixe dans les années 90. On estime en général que le
processus commence par une impossibilité d’aller à l’école, qui
deviendra vite une incapacité à affronter le monde en dehors des murs
de sa chambre.
Les raisons les plus souvent avancées sont le harcèlement à
l’école, les maltraitances familiales, ou les échecs professionnels,
dans une société très compétitive.
Cependant, d’autres, tel que le professeur Tamaki Saito, l’un des
premiers psychiatre s’étant intéressé aux Hikikomori, cherchent les
raisons du côté de la culture et de l’histoire japonaise. 
Selon lui, la célébration de la solitude dans les poèmes
traditionnels et la musique, et l’isolement du Japon au milieu du
dix-neuvième siècle pourraient expliquer une partie de ce problème
propre au Japon.
Mais pour le Mainichi, c’est également "l’insuffisance de soins
aux enfants due de la pauvreté, les bizutages à l’école (…) et la
précarité de l’emploi, résultat d’une augmentation du nombre de
travailleurs à mi-temps", qui sont en cause. 
Il y a quelques années, le gouvernement avait mis en place des
camps de trois mois dédiés à la ré-intégration sociale des Hikikomori.
Mais ces programmes avaient été abandonnés car ils avaient un coût trop
élevé.

On peut également lire Shutting out the Sun: how Japan created its own lost generation de Michael Zielenziger qui traite des hikkikomori des « parasites singles ». Excellent !!!!