Archives du mot-clé Osaka

Un musée consacré aux nouilles instantanées… au Japon bien sûr


Un musée plutôt original auquel vous n’avez peut-être pas pensé si vous allez à Osaka: le Momofuku Ando Instant Ramen Museum.

Image

Pour les fans des « cup noodles » car Momofuku Ando est l’inventeur des nouilles instantanées dans une coupe transportable en 1958.

Cela commence par « the hall of ramen » où l’on peut voir à peu près toutes les sortes de ramen crées par  Nissin Foods.

Puis dans l’ordre :

-information video

-the birth of chicken ramen

-Momofuku Ando and the story of instant ramen

-Magical Table (quizz)

-Cupnoodles drama theater

-See the first instant noodles launched in outer space

-my cupnoodles factory : pour créer ses propres cup noodles  (300 yen)Image

http://www.instantramen-museum.jp/mcfactory/index.html (vidéo en anglais et japonais)

-Tasting room: pour acheter des types non vendus dans la région de Osaka

-Instant noodles tunnel:  exhibition of instant noodles of the world

Comment y aller?:

le musée est proche de la gare de Ikeda sur la ligne Hankyu Takarazuka, à 20mn de train de la gare de Umeda (Osaka).

L’accès est gratuit même si certaines parties de l’exposition sont payantes.

plus d’infos dans le pdf en anglais http://www.instantramen-museum.jp/pamphlet_e.pdf

http://www.instantramen-museum.jp/

Un parc à thème Harry Potter …. à Osaka


Après une visite enthousiasmante des studios warner Bros Harry Potter à Leavesden près de Londres je farfouillais un peu quand je suis tombée sur cet article de Japan Today annonçant  l’ouverture d’un parc à thème Harry Potter à Osaka… en 2014.

http://www.realestate.co.jp/2012/12/10/harry-potter-theme-park-to-open-in-osaka-in-2014/

Just like the first two parks that opened in Florida and California, the one in Osaka will have Hogwarts Castle as the apex of the theme park. Other attractions include those that are featured in the film, like the Three Broomsticks pub, Ollivander’s, and Hogsmeade’s famous Honeyduke’s sweets shop.

Donc au programme Hogwarts bien sûr; le pub Three Broomsticks, la boutique de Ollivander’s (celle des studio Warner Bros était vraiment géniale, j’espère qu’on pourra rentrer dans celle là) et la confiserie Honeydukes. (Désolée mais je le lis en anglais alors je n’ai pas les noms français)

 

En attendant je vous recommande la visite des studios Warner Bros ^^

Un hôtel à Osaka pour 500 yen la nuit ?


Encore un site que j’adore http://en.rocketnews24.com/2012/07/05/we-check-into-the-cheapest-hotel-in-japan-us6-a-night/.

Je me souviens il y a quelques années d’avoir passé la nuit à Tokyo au New Koyo et d’avoir eu la suprise assez désagréable de tomber sur quelqu’un en train de faire caca assis dans la rue à 11h du matin lorsque je cherchais mon hôtel.

Le New Koyo faisait en effet partie de ces hôtels qui hébergeaient auparavant des travailleurs japonais pauvres… Dedans le staff était génial mais les chambres tellement petites qu’on pouvait toucher les murs des deux côtés et j’avais vraiment l’impression d’être en prison. En plus j’avais une chambre en face de la ventilation ce qui fait que j’avais du dormir avec mon pull et mon pantalon en plus des deux couettes…. si le bruit de l’appareil m’avait laissé dormir.

Bref dés le lendemain je cherchais ailleurs… surtout que les homeless dans la rue le soir n’étaient pas du tout rassurants, alors qu’au Japon on se sent en sécurité partout en général.

Cet article me rappelle ce mauvais souvenir mais bon 500 yen la nuit (sans la télé) ça peut parfois aider.

Cet hôtel ci s’appelle The Kimiya et est situé près du centre de Osaka à Kamagasaki (aussi connue pour avoir été un endroit où se rassemblaient les gens cherchant du travail à la journée).  » On the other hand, beneath the surface runs some violent energy as this area is often ground zero for riots and other acts of civil disobedience. » les émeutes au Japon sont quand même rares donc cette partie la me semble discutable.

Visiblement il y a aussi des rats!

Ceci dit moi j’ai passé des années dans une maison à Kyoto que je trouvais géniale malgré une organisation discutable parceque j’y ai rencontré pleins de routards sympas et très ouverts et des japonaises géniales donc parfois malgré les lieux un peu vétustes on aime un endroit.

Un musée retrace l’histoire des droits de l’homme (et de la femme) à Osaka


Aujourd’hui on va sortir un peu des sentiers battus pour parler d’un musée qui n’est sans doute pas en haut de votre liste de visites à Osaka: le Osaka Human Rights Museum aussi appelé Liberty Osaka.

Il se situe dans le district de Naniwa dans le sud de Osaka.

Avant la restauration de Meiji le Japon était organisé selon un système de castes avec des paria,  les eta (穢多,  littéralement « pleins de souillures ») et les hinin (非人, hinin?, « non-humains »).

On trouve dès l’époque féodale avec les burakumin une communauté de personnes mises à l’écart de la société et condamnées à le demeurer par l’effet d’une ségrégation sociale et spatiale. Les Hinin désignaient les marginaux tels qu’on les trouvaient aussi en Europe: les gens du spectacle, les saltimbanques, les condamnés et les pauvres issus de la population « ordinaire » qui étaient réduits à mendier et à occuper les emplois « sales » : s’occuper des prisonniers, ou devenir bourreaux, croque-morts ou espions. (En France si on ne doit pas poser le pain à l’envers sur la table c’est parceque c’est ainsi qu’on reconnaissait le pain traditionnellement gardé pour le bourreau)

Les Eta étaient eux des parias héréditaires, en cela similaires aux intouchables indiens, qui avaient le monopole des métiers liés au sang et à la mort des animaux : équarrisseur, boucher, tanneur, abatteur d’animaux.

Selon Jean-François Sabouret, la discrimination des burakumin est « presque aussi ancienne que l’histoire du Japon et de ses croyances locales ». La religion nationale, le shinto, considère comme souillées toutes les activités liées au sang et à la mort. Par ailleurs, le bouddhisme venu d’Inde par la Chine proscrit la mort des animaux considérés comme des êtres sensibles. Si les activités liées à la vie, à la mort et au sacré relevaient initialement du monopole religieux, les burakumin ont été progressivement chargés des occupations liées à la mort et au souillé, et identifiés à ces professions « impures » mais indispensables.  (merci à wikipedia pour la def)

 Le musée qui a ouvert en 1985 est plus tard renommé Osaka Jinken Hakubutsu-kan (Human Rights Museum). Il retrace non seulement les différentes façons de traiter les burakumin et plus tard les Chinois, les Coréens mais également les femmes puisque l’on avait quand je l’ai visité une pierre levée marquant l’interdiction faite aux femmes d’aller sur certains sentiers de pélerinage dans la montagne. En fait certaines montagnes étaient totalement interdites aux femmes, ce dont je n’avais jamais entendu parler.  Au 20e siècle le musée évoque également les droits des handicapés ou des malades du sida au Japon, des victimes de Minamata et des personnes âgées sans domicile fixe.

Tout est écrit en japonais mais il y a aussi un peu de documentation en anglais et des audio guides en japonais et en anglais.

Il est ouvert de  10:00 – 17:00 p.m. Dernière entréeà 16:30 p.m. Fermé le lundi, ainsi que le 4ème vendredi du mois et le jour de l’an.

Les stations les plus proches sont Ashiharabashi and Imamiya (Osaka Loop Line).

Entrée: 250 yen (500 yen pour les expositions temporaires ), 150 yen pour les lycéens,(300yen). Gratuit pour les personnes handicapées et les plus de 65 ans.

Ici: http://www.rue89.com/2011/04/18/fukushima-cherche-petites-mains-du-nucleaire-200413

un article dans lequel on peut lire que les burakumin subiraient encore des discriminations à l’embauche ce qui les conduirait à accepter des tâches plus dangereuses comme… a Fukushima !!!

Question de vocabulaire:

Bizzarement, j’ai toujours dit et entendu bunrakumin et pas burakumin et je trouve les deux sur internet donc si vous avez des lumières sur la question je suis preneuse.

Nager dans les égouts à Osaka c’est cool.


Wow, je ne vais plus très souvent à Osaka mais je pensais un peu connaître les japonais et là  je suis surprise.

Selon cet article de http://news.3yen.com/ il semble que ce soit à la mode pour les japonais un peu bourrés de plonger dans les égouts de Dotombori à Osaka à partir du pont qui surplombe le canal.

dotonbori dive  Après des décès on a installé des filets de sécurité et des pancartes afin d’avertir les amateurs des endroits les plus no-diving-signdangereux et de décourager les amateurs (malades??)  potentiels.

dive-dotonbori

Le magazine Sankei Shimbun a publié un article selon lequel une zone de plongée dans le canal de Dotombori ( “Dive Dotonbori”  swimming area) serait à l’étude. Les commerçants locaux prépareraient une sorte de piscine dans le canal en posant un revêtement waterproof et en remplissant la zone ainsi crée d’eau plus saine ce qui créérait un bassin de 1km de longueur et de 12 à 14 mètres de largeur.

En plus d’être un bassin de compétitions, on pourrait y nager 2h en payant 2000 yen

Shinjirarenai !!!!
 Oui ça a vraiment l’air très sale, beurk !!!!

Et vous ça vous tente ?

Japon: la ruée vers Osaka suite au risque de radiations


Comme prévu l’incident de Fukushima a tout d’abord incité des nombreux touristes à annuler leur voyage mais maintenant les hôtels de Osaka sont remplis par les gaijins et les japonais ayant préféré partir de Tokyo.

http://search.japantimes.co.jp/cgi-bin/nb20110319n1.html
Osaka hotel occupancy rate surges as people flood in from Tokyo

Hotels in Osaka are in high demand as residents and companies leave Tokyo to seek shelter amid concerns over radiation leaks after the nation’s worst earthquake.

The St. Regis Osaka, where daily room rates start at ¥70,000 this week, is fully booked for the entire week, while the banquet hall at the Swissotel Nankai Hotel was transformed into a temporary office, officials at the hotels said. All serviced apartments at Divio Osaka are occupied for this month.

Concerns over radiation leaks at the damaged Fukushima nuclear plant after the quake and tsunami on March 11 prompted workers at companies such as Blackstone Group LP and BNP Paribas SA to leave the capital.

Radiation levels remain normal in Osaka, 600 km from the Fukushima No. 1 nuclear power plant, providing shelter for companies and residents from Tokyo, the country’s biggest financial hub that once drew away businesses including Resona Holdings Inc.

« We have seen an increase of residents from Tokyo, » said Kumiko Fukushima, a St. Regis spokeswoman, adding that the hotel is booked for an entire week for the first time since it opened in October. « The inquiries from both Japanese and foreign companies about accommodating rooms for their employees are rising. »

The St. Regis usually fills 70 to 80 percent of its 160 rooms, Fukushima said. The average stay also has lengthened to four to five nights from two to three, she said.

At the Swissotel Nankai, a European financial company has set up a temporary office in its ballroom, said Michiko Fujikawa, a spokeswoman of the property, declining to provide the firm’s name.

The property, owned by Fairmont Raffles Holdings International, has received « more than a few » inquires from both Japanese and foreign companies in Tokyo since March 14, Fujikawa said. The 548-room hotel also is fully booked and has allocated as many as 60 rooms for each company, she said.

« Right after the quake, we got a lot of cancellations, » Fujikawa said. « Now we don’t have enough rooms. »

Measurements taken as of noon Wednesday by five monitoring devices at Kyoto University’s Reactor Institute in Kumatori, southern Osaka, show radiation in the city remained at normal levels, said Tomoyuki Takahashi, a researcher.

The prefecture on March 15 asked the institute, which doesn’t disclose precise figures, to report radiation levels hourly, he said.

SAP AG, the world’s biggest business software company, said it has reserved 520 rooms in Osaka and Kobe that employees and their families can use.

Austria’s ambassador in Japan is leaving Tokyo because of the reactors’ « unpredictability » and will work from Osaka, the state-run Austrian Press Agency reported. The German government said it is moving part of its embassy operations to Osaka.

The 292-room Ritz-Carlton Osaka had « a substantial increase in the hotel occupancy rate, » said Mutsuko Akesaka, a spokeswoman for the hotel. « Many of our guests are families with children from the Tokyo metropolitan area. »

The surge in visitors may be an added boost for Osaka, where the biggest building boom in two decades includes the construction of a business and shopping complex that will add 557,000 sq. meters of space.

Over the years, companies including Resona Holdings Inc., the banking units of Mitsubishi UFJ Financial Group Inc. and Sumitomo Mitsui Financial Group Inc. moved their headquarters to Tokyo from Osaka.

« Companies will have to seek to diversify their allocation, » said Tomohiko Sawayanagi, Tokyo-based managing director of Jones Lang LaSalle Hotels. « Many corporations may want to keep functions in Osaka if anything similar to this happens again. »

Divio Osaka has received « more inquiries than usual » since March 15, said Haruka Nakatani, a manager at the property. The 14-room serviced residence is fully booked until April, compared with its average occupancy rate of 70 percent, she said.

« Many of the inquiries are from families with children and some even with pets, » Nakatani said. « We had to turn them away

Parmis mes amis japonaises à Tokyo au moins une était repartie pour Osaka ce week end et m’a écrit dans le train pour me dire qu’elle rentrait à Tokyo seulement à cause du travail.