Archives du mot-clé Le Monde

Le Japon un monde sans méfiance ni contrôle!


Quand je parle du Japon j’ai parfois l’impression qu’on me regarde un peu en coin en pensant « elle exagère » « ce n’est pas aussi bien que ça » ou « mais pourquoi elle va ENCORE au Japon? ». Enfin c’est un article du Monde.fr qui tente d’expliquer cette confiance qu’on ressent au Japon, quand les femmes posent leur sac à main sur une chaise et partent à l’autre bout du Starbucks prendre un café et reviennent .. et QUE LEUR SAC EST TOUJOURS LA !!! ou que l’on vous cours après, comme ça m’est arrivé à Kyoto, avec un porte monnaie rempli de billets de 10.000 yen qu’on pense vous appartenir.

Donc je vous conseille fortement cet article http://www.lemonde.fr/emploi/article/2014/11/06/bienvenue-dans-le-monde-sans-mefiance-ni-controle-au-japon_4519748_1698637.html#xtor=AL-32280270%20

Ce monde sans vol (ou disons presque sans vol car pour être honnête quand on lit les articles de Japan Today on en trouve ) où on entre facilement dans un magasin sans voir aucun vigile et parfois même on peut rester plusieurs minute avant qu’une personne âgée ne vienne tout tranquillement s’occuper de vous, un peu comme si quelqu’un de la famille était entré et qu’on pouvait le laisser regarder à son aise sans craindre qu’il ne parte avec un article. Bref ce monde sans méfiance a également des avantages dans la vie des entreprises:

« En effet, on contrôle car on n’a pas confiance. Avec toutes les lenteurs, procédures, tracasseries… et coûts cachés pour payer les contrôleurs… ainsi que les énergies pour les contourner. Mais si on n’a pas de méfiance vis-à-vis de l’autre, on n’a pas besoin de le contrôler. « 

Pas besoin de portiques très haut, au Japon vous pouvez facilement enjamber le portique mais … personne ne le fait JAMAIS. En 20 fois au Japon je n’ai jamais vu quelqu’un enjamber un portique, à Paris ça m’arrive tous les jours quelque soit la hauteur des barrières. Au Japon quelques touristes qui viennent de payer plusieurs centaines d’€ pour leur billet vous racontent une combine pour acheter des billets enfants donc nous apportons notre triche avec nous… tout ça pour économiser peut-être un dizaine d’€ ce que les japonais ne comprennent pas (je ne vous conseille pas car une fois la gentillesse passée les sanctions existent).

Quel est le prix de la confiance? Dans une société où les gens se regardent avec bonté (chez nous la journée de la gentillesse c’est un seul jour par an au Japon on dirait que c’est tous les jours et ça fait un bien fou).

Une fois l’article du Monde.fr lu, prenez un billet d’avion et allez découvrir la gentillesse des japonais, laissez votre sac sur la table pour prendre votre boisson, remerciez une personne qui vous ramasse un objet tombé par terre et tombez amoureux du Japon… moi c’est déjà fait!

 

Les Jardins de Mandchourie Paris 12e par Le Monde.


Alléchée par la critique très élogieuse du Monde.fr j’ai emmené une amie manger dans les Jardins de Mandchourie.

Posons le tableau: près d’une allée très agréable un restaurant d’abord très sympa.

Quand on arrive -en plein mois d’août sans avoir réservé mais à 19h30- déjà le « vous avez réservé? » alors que le restau est entièrement vide (sauf 1 table) ne sonne pas de façon très accueillante.

« Le blé règne aussi en maître à la carte des Jardins de Mandchourie, riche en pâtes, raviolis, pains et galettes fourrées. On se laissera aussi tenter par de l’agneau sauté au cumin, des croustillants de racine de lotus farcie au porc, des légumes tels les liserons d’eau et les pousses de colza sautées. »

Faisons la liste de ce qui ne va vraiment pas:

-des plats sans beaucoup de goût/ les croustillants n’ont pas de saveur particulière et les ravioli maison sont aussi peu goûteux.

– des plats TRES GRAS: l’agneau au cumin est lui très bon (mais vraiment) salé et surtout il nage dans le gras.

-des plats qui arrivent dans le désordre: les pâtes en accompagnement arrivent tout seules bien avant le plat principal donc on commence à manger car on ne sait pas si le reste va arriver. les pâtes sont également très grasses.

Les desserts sont ok, on a bien aimé une sorte de bouchée au sésame, un peu moins un beignet fourré avec une sorte de glace et arrosé de lait concentré sucré. Par contre 2 beignets par personne ce n’est pas étouffant comme quantité.

Des tranches d’orange sont offertes!

Bref on est sorties assez alourdies et on ne compte pas y revenir. C’est bof pour une recommandation du Monde.

Les japonaises font le Kamehameha


Très drôle la façon dont les médias (traditionnels) ici LeMonde.fr se mettent à lire nos blogs préférés! Tout à l’heure je lisais tranquillement mes articles du Monde donc quand je suis tombée sur des photos de japonaises prenant les pauses du Kamehameha… article qui citait un de mes sites geeks préférés Kotaku pour le pas le citer.

Par contre l’idée que les japonaises imitent la technique d’art martial du hakei c’est un rajout du Monde? J’attend l’avis d’un spécialiste mais pour Dragon Ball tout le monde pense au Kamehameha.

source: http://kotaku.com/latest-japanese-schoolgirl-trend-fake-dragon-ball-atta-460482170

C’est bien fait non?
kameha1jpg
kameha
La sortie du nouvel animé  de Dragon Ball Z: Battle of Gods, à la fin du mois au Japon n’est sans doute pas sans lien avec cette mode.
kameha2
en plus avec certaines application on peut donner un effet manga à ses photos ^^
kameha3

Des enfants toujours contaminés à 220 km de Fukushima


   Des enfants sont toujours contaminés à 220 km de Fukushima  

LEMONDE.FR avec AFP | 07.03.12 |

Des enfants évacués de la zone interdite autour de la centrale de Fukushima sont examinés, le 13 mars 2011.

Des enfants évacués de la zone interdite autour de la centrale de Fukushima sont examinés, le 13 mars 2011. REUTERS/© Kim Kyung Hoon / Reuters

Des enfants sont toujours contaminés à 220 km de la centrale de Fukushima près d’un an après la catastrophe nucléaire japonaise, a affirmé mercredi 7 mars l’Association pour le contrôle de la radioactivité de l’Ouest (ACRO), un laboratoire français indépendant, dans un communiqué.

Sur les 22 enfants japonais dont l’ACRO a analysé les urines, 14 sont encore contaminés au césium 134 et césium 137, selon le site Internet du laboratoire. Les prélèvements ont eu lieu entre décembre 2011 et février 2012.

« Ces résultats mettent en évidence une contamination des urines jusqu’à Oshu [province d’Iwaté] située à environ 220 km de la centrale », souligne l’association, un des deux laboratoires indépendants créés en France après la catastrophe de Tchernobyl. « Les valeurs ne sont pas extrêmement élevées comparées à celles que nous avions relevées en Biélorussie mais elles montrent que la contamination s’installe dans le temps », a estimé le président de l’ACRO, David Boilley.

RÉPERCUSSIONS SUR LA SANTÉ À LONG TERME

Cette persistance « montre aussi que la contamination des enfants vient de l’alimentation et non du panache. Cela pose la question des répercussions sur la santé des contaminations à faible dose mais sur le long terme », un phénomène sur lequel la science s’interroge, a ajouté M. Boilley.

L’ACRO a cependant relevé une « baisse significative de la contamination d’une petite fille d’Ichinoseki », âgée de quatre ans, depuis qu’elle a arrêté de manger les légumes du jardin de ses grand-parents « sans se douter que ceux-ci puissent êtrecontaminés », souligne le laboratoire.

Les césiums 134 et 137 sont des éléments radioactifs que l’on peut trouver après un accident nucléaire. Ils ont une durée de vie considérée comme moyenne. La quantité de césium dans le corps diminue de moitié en un mois chez un enfant qui mange sain, contre huit jours pour, par exemple, l’iode radioactif. Un individu qui n’est plus contaminé a cependant toujours davantage de risque de développer un cancer que celui qui ne l’a pas été, rappelle l’ACRO