Archives du mot-clé encens

L’encens au sake…


 Si vous avez déjà acheté du sake au Japon, vous reconnaissez le logo de OneCup Ozeki. C’est un sake qu’on trouve partout dans les convenience stores et sa petite taille permet de l’emporter partout.

L’encens (senko en japonais) est utilisé comme offrande aux ancêtres mais l’entreprise Kameyama, qui fabrique des bougies et des bâtons d’encens, a décidé de proposer à ses clients un parfum un peu particulier, celui du sake. 

Selon l’article de Japan Today, le sake a été utilisé afin de purifier des lieux cequi est également la vocation de l’encens.

734 yen ce n’est pas cher, autant essayer.

Kameyama propose d’autres arômes

bonbonKameyama Sakuma Drops Japanese Fruit-Flavored Candy Scented Mini Incense Sticksfraise Kameyama Sakuma Ichigo Milk Strawberry Candy Sweets Japanese Mini Incense Sticks

melon et caramel Kameyama Hokkaido Yubari Melon King Caramel Japanese Mini Incense Sticks

bonbon au lait 2SET Milky Candy Mini Incense Sticks Fujiya Peko-chan Kameyama Japan F/S Cute curry Résultat de recherche d'images pour "kameyama curry incense"

1 l’encens Rilakkuma est très mignon.

 

source: https://japantoday.com/category/features/new-products/japanese-sake-now-comes-in-incense-form-for-buddhist-rituals

DIY: le porte encens


Je vais poster ce DIY très simple mais qui répond à une de mes question existentielles en été: comment utiliser mes serpentins anti moustiques ramenés du Japon?

J’ai bien sûr perdu la petite fourche qui sert à les tenir et de toute façon avec le chien je n’ai plus envie de les poser n’importe où et les cendres qui tombent n’aident pas pour le ménage donc voici une idée simple, jolie et pas chère.

100均でワンステップ。ありそうで、なかった蚊取りスタンドの作り方 ta daaaaa

Si vous êtes au Japon il vous suffit d’aller faire un petite tour dans une boutique tout à 100 yen et de trouver ça

材料

génial non?

source:http://kurashinista.jp/articles/detail/23016

Ode aux moustiques!


On n’aime pas les moustiques mais ils nous permettent quand même d’avoir CA: un porte encens anti moustique dans lequel on met du katori senkō de l’anti moustique en forme de spirales.

Afficher l'image d'origine Afficher l'image d'origine

les plus classiques sont en forme de mignons « buta » des petits cochons!Afficher l'image d'origine

Mais on trouve toutes les formes et c’est l’occasion de s’offrir du Ghibli! (QUI voudrait rater une occasion de mettre du Ghibli dans sa vie?)

Afficher l'image d'origine  Afficher l'image d'origineAfficher l'image d'origine

ou du Star Wars!!!

Afficher l'image d'origine

Bref, les moustiques, on vous attend! on est prêts!

sources:

http://loveghibli.ecrater.com/p/8292775/insence-tealight-mini-mosquito-coil

http://global.rakuten.com/en/store/analostyle/item/1475601/

http://global.rakuten.com/en/store/analostyle/item/1591003/

anti moustique japonais


Si on devait dessiner le Japon l’été on mettrait sûrement de la suika (pastèque), des yukata, des hanabi feux d’artifices et ces fameux anti moustiques enroulés comme une coquille d’escargot dont l’odeur d’encens flotte dans l’air le soir.

Image

cet article de Japan Times explique comment sont nés les katori senkō (mosquito-killing incense/ encens qui tue les moustiques), http://www.japantimes.co.jp/news/2013/07/15/reference/mosquito-coils/

Les katori senko sont une invention japonaise de la fin du 19e s. J’en utilisais l’autre nuit (on a des moustiques dans la capitale en ce moment on dirait) et je me demandais si je n’étais pas en train de me bourrer de produits chimiques. Le principe actif de cet encens provient d’une fleur que Ueyama Eiichiro importa des USA et qui est de la famille des aster Tanacetum cinerariifolium.

Réduite en poudre et transformée en bâtonnets cette plante se révéla efficace contre les moustiques mais les bâtons d’encens ne duraient pas assez longtemps et c’est en 1895 que la femme de Ueyama lui suggéra de fabriquer des bâtonnets plus longs, enroulés en spirales.

C’est la pyrethrine contenue dans les graines de la plante qui repousse et tue les moustiques et l’avantage de ces spirales d’encens est que vous pouvez programmer le temps qu’ils brûlent de façon naturelle. Pour brûler il faut qu’elles soient en hauteur donc pas en contact avec une surface mais si vous les posez au bord du récipient fourni avec une partie hors contact avec le bord la spirale brûlera juste sur la partie dégagée.

Même sans moustiques ces spirales d’encens vous rappelleront le Japon par leur odeur particulière d’encens. En le posant sur le rebord de la boite ils ne brûleront pas toute la nuit. Je les trouve redoutablement efficaces.

La compagnie qui produit celui ci est Kincho, reconnaissable à son coq rouge http://www.kincho.co.jp/kaisha/english/ayumi/ayumi.html

Où le trouver? en dehors du Japon sur ebay

http://www.ebay.com/itm/Japanese-Nostalgic-Summer-KATORI-SENKO-Mosquito-Coils-/290919895618?pt=LH_DefaultDomain_0&hash=item43bc2d5242

ou ici: http://www.jbox.com/tag/katori_senko_mosquito_coils_from_japan

A noter que comme je ramène les miens directement je met ces liens uniquement pour info après demande mais je ne les ai pas testés.

la voie de l’encens


                UTSUSEMI-KOO  (la mue de la cigale)
Aujourd’hui je suis allée à la Maison de la culture du Japon à Paris pour assister à une démonstration de KODO (prononcé Koodoo)  par l’école Shino.
On a d’abord eu droit à une mini conférence sur les origines de l’encens. C’était l’occasion d’apprendre que tous les matériaux (bois précieux ou plantes odorantes) ne se trouvent pas tels quels au Japon. C’était une surprise pour moi car il y a tellement d’occasions d’utiliser l’encens au Japon et on trouve partout des baguettes d’encens ou des sachets odorants à placer parmi les vêtements.
En fait, pour ce jeu, on n’utilise pas des batonnets d’encens mais de petits bouts de bois précieux.
Selon la brochure de la maison de la culture du Japon: « le Koodoo est un art spirituel associé à une pratique d’exercices olfactifs avec lesquels on s’applique à mémoriser et à distinguer des compositions subtiles d’encens. A l’instar de l’art floral, de la cérémonie du thé et des arts martiaux, la maîtrise du Koodooo permet d’aiguiser la concentration et d’élever d’esprit. »
Ce jeu d’encens (Kumi koo) est inspiré d’un épisode du 3e chapitre du Dit du Genji  qui s’intitule « La mue de la cigale ».
Pour résumer, le prince Genji chercher à rejoindre une jeune femme dont il est épris mais qui est mariée. Avertie par le parfum qui parfume les robes du prince, celle ci s’enfuit en laissant sur sa couche sa robe de soie. Pensant trouver la jeune femme seule le prince se faufile dans sa chambre mais celle qui se trouve endormie est en fait une autre.
Le prince Genji emporte le vêtement de soie de la belle et lui adresse ce poème:
Au pied d’un arbre, l’enveloppe vide d’une cigale enfuie.
Avec plus de regret encore je songe à elle
La jeune femme, séduite par le prince, lui écrit dans la marge du billet:
Telle la rosée déposée sur l’aile d’une cigale
Mes larmes mouillent ma manche en secret
A la cour de Heian les personnes de qualité hommes ou femmes , parfumaient leurs vêtements.Ce qui explique que la jeune femme ait reconnu le parfum particulier des vêtements du prince. On à d’ailleurs vu comment les courtisans parfumaient leurs vêtements en les posant sur une sorte de portant au-dessus d’un mini brasero.
Dans ce jeu qui correspond à ce passage on doit trouver le parfum du prince Genji parmi 4 échantillons correspondant à celui de la femme désirée. C’est un jeu pour trouver l’intrus.
Dans les 5 échantillons minuscules qui sont chauffés sur de la cendre posée dans un receptacle et passés parmi les joueurs il y a un intrus.
voici les différentes étapes:
 -Le maître de cérémonie retire un sachet parmi les 5 de la première senteur, ajoute le sachet de la senteur invitée et mélange les 5 sachets.
 -Les participants écoutent le contenu des 5 sachets (dans la voie de l’encens ont dit « écouter l’encens » au lieu de sentir l’encens, expression que l’on trouve dans les sûtras bouddhiques).
– on note sur une feuille les chiffres de 1 à 5 et trace un rond pour désigner la senteur invitée.
C’était vraiment une expérience intéressante et en plus bien que ce soit la 1ère fois j’ai réussi à trouver l’intrus. YATTA !!!!!
Le sensei calligraphie le nom des participants, et les détails du jeu sur une feuille sur laquelle il note également toutes les réponses en cochant les réponses correctes.
Comme j’étais la gagnante la plus proche du sensei, j’ai reçu ce papier.  Ureshii. Rire
D’autres kumi koo peuvent prendre des formes différentes et comporter plusieurs senteurs différentes à différencier.demonstration_kodo
 Sur la photo on voit la personne qui retire avec des petites pincettes le minuscule morceau odorant de la feuille de papier dans laquelle il est placé pour le poser sur une plaque de mica en forme de fleur. Ensuite le mica est posé sur la cendre.
Le bois ne brûle pas et il n’y a pas de fumée.D’ailleurs ou respire 3 fois et on expire en faisant attention de ne pas souffler sur la cendre.
On nous a expliqué que l’on commence à s’initier à ce jeu en étant l’invité. Après avoir acquis une certaine maitrise on peut passer au rôle de l’hôte, qui est plus difficile car il faut bien doser la cendre et faire en sorte que le morceau ne soit pas trop chauffé pour éviter toute fumée, et éviter qu’il brûle bien sûr.
Franchement , la Maison de la Culture du Japon nous permet de découvrir des aspects de la culture japonaise qu’il est parfois difficile au Japon puisque, parmi mes amies, aucune n’avait jamais participé à ce type de jeu.
Vivement le suivant.
 petite réponse à la question: pourquoi ne pas souffler sur l’encens ?
Si je peux avancer une réponse . Au départ les batonnets d’encens étaient posés devant les statues de Bouddha et on ne soufflait pas dessus pour ne pas souffler dans la figure du Bouddha (tout comme quand on est assis dans un temple on ne dirige pas ses pieds – qui sont la partie inférieure et impure du corps- vers le Bouddha).