Archives du mot-clé death

Filmmaker Chie Hayakawa imagines a Japan where the elderly volunteer to die | The Japan Times


The premise for Chie Hayakawa’s film, “Plan 75,” is shocking: a government push to euthanize the elderly. In a rapidly aging society, some also wonder: Is the movie prescient?
— À lire sur www.japantimes.co.jp/culture/2022/06/26/films/chie-hayakawa-plan-75/

It reminds me of an elderly Japanese man who said he was willing to buy rice from Fukushima prefecture just after the nuclear reactor catastrophe because he said he wanted to help local farmer and he was old so he was going to die anyway.

Funérailles d’un chien robot.


 les chiens robots ont-ils une âme? En tout cas, au Japon, ils ont des funérailles.

Ces chiens sont des AIBOS, les tout premiers chiens robots de Sony à développer sa propre personnalité, chacun porte une étiquette expliquant d’où il vient et à quelle famille il appartenait. Lorsque les robots ne fonctionnent plus ils sont souvent renvoyés, avec une lettre donnant leur nom et des détails sur leur vie de chien robot souvent de façon émouvante.

 -« I feel relieved to know there will be a prayer for my AIBO, »  

– « Please help other AIBOs. Tears rose in my eyes when I decided to say goodbye. »

C’est dans le temple Kofukuji de  Isumi, à l’est de Tokyo, que se déroulent ces rites funéraires et pour Bungen Oi, qui  fait le rituel, l’idée n’est pas absurde car pour lui toutes les choses ont une âme.

Ces chiens sont destinés à devenir un réservoir de pièces détachées pour d’autres robots mais on ne prends pas les pièces avant d’avoir effectué le rituel.

La toute 1ère génération d’AIBO est sortie en juin 1999 avec 3000 pièces vendues en juste 20 minutes malgré son prix de 250,000 yen. Plus de 150,000 modèles ont été vendus avec de nombreuses versions jusquà  mars 2014. 

 https://japantoday.com/category/national/fido-funeral-in-japan-a-send-off-for-robot-dogs?

A vendre/ A louer…. mais c’est hanté!


Et si vous trouviez une super affaire à acheter ou louer au Japon … mais que cette maison était le lieu où un crime avait été commis OU était réputée hantée OU encore si la personne qui habitait avant vous s’était suicidée, est ce que ça vous ferait changer d’avis?

Certaines affaires de meurtres ou de suicides sont tellement médiatisées que les lieux sont ensuite invendables/ pas louables …sauf en période de crise (ou peut-être à des étrangers tout contents de la bonne affaire ^^).

Au Japon ce qu’on appelle les « death rooms » ou encore « jiko bukken » (« incident buildings », « jiko » veut dire « accident » en japonais ) font peur à a cause des conséquences envisagées d’un décès (tâches et odeurs diverses) mais surtout parce que le lieu est devenu impur et qu’on craint des conséquences négatives sur la vie du futur occupant.En gros = mauvais karma.

Cependant, avec les difficultés de la vie, on trouve de plus en plus de gens disposés à habiter ces maisons ou appartements à la très mauvaises réputation, surtout des jeunes. La loi japonaise oblige les propriétaires d’un bien à informer les futurs locataires lorsque l’occupant précédent est décédé dans son habitation et cette obligation dure de 5 à 7 années après le décès. La loi oblige même à donner des détails très précis : date de la mort, date à laquelle on a retrouvé le corps, sexe et âge du défunt, type d’accident…. mais seulement s’ils sont décédés DANS l’appartement/ la maison.

Donc on peut faire une recherche un peu spéciale dans une agence immobilière et on paie en général 50% de moins de loyer les 2 premières années ce qui est très avantageux… surtout si vous trouvez un bien à Tokyo où les loyers sont très élevés. La plupart des biens sont d’ailleurs loués seulement 1 MOIS après leur mise sur le marché!

Et vous? si vous cherchiez à louer au Japon est ce que le prix vraiment intéressant vous tenterait assez pour habiter dans une « death room »?

source: http://en.rocketnews24.com/2014/04/09/living-with-ghosts-the-rising-popularity-of-death-rooms-in-japan/

Tester son futur cercueil ? au Japon c’est possible


WiLLiFE est un fabriquant de cercueil qui a lancé au printemps dernier la possibilité pour les japonais de se mettre dans un cercueil ( « Experience Being Placed in a Coffin »  ou 入棺体験 « nyuukan taiken »).

Image

Qu’on soit inquiet ou simplement adepte du best seller du Docteur Jinichi Nakamura : If You Want a Peaceful Death, Don’t Have Anything To Do with Medical Care: Recommendations for Dying of Natural Causes qui s’est  fait représenter en photo dans un cercueil, il y a de nombreuses raisons pour cet engouement.

Le Dr a même déclaré qu’il recommandait de se représenter sa propre mort en tentant cette expérience:  « The thing I recommend most for you to contemplate your own death in concrete terms is the experience of lying in a coffin. »

C’est aussi l’occasion de prendre des photos.

ImageImage

Selon l’article il y a également un dicton japonais qui dit que si l’on se couche dans un cercueil quand on est en vie on vivra plus longtemps. ^^

Les japonais ne sont pas enterrés dans ces cercueils car 99.5% des japonais passent par la crémation par manque d’espace c’est une obligation.

Un excellent film pour découvrir les rites funéraires japonais c’est  Okuribito  (les gens qui envoient en japonais) / « Departures »

Un film que vous devez voir (si ce n’est déjà fait) car comme le montre cette scène le respect mis dans le soin donné aux morts est vraiment impressionnant.

http://kotaku.com/in-japan-living-people-are-lying-in-coffins-729248895