Archives pour la catégorie News and politics

Single OL: la vie d’une célibataire en entreprise


Je suis tombée sur cette série de dessin sur Twitter (https://twitter.com/black9arrows/) qui raconte la vie d’une célibataire travaillant dans une entreprise japonaise une OL ou office lady.

ol comic top

Même sans tout comprendre de la situation on peut ressentir ses émotions je pense.

Permalien de l'image intégrée

Une OL qui tente de repousser l’heure d’aller se coucher parce que demain c’est lundi…

Permalien de l'image intégrée  le matin (?)

Permalien de l'image intégrée

une OL se réveille d’un cauchemard (elle rêvait des heure supplémentaires)

Permalien de l'image intégrée pour ne plus rester célibataire elle va à une réunion d’anciens du lycée.

Permalien de l'image intégrée Après la réunion d’anciens élèves, elle ne se trouve pas sur l’image postée sur Facebook.

C’est triste et mignon en même temps.

source:http://en.rocketnews24.com/2015/05/07/japanese-twitter-users-comics-depicting-office-lady-life-will-hit-you-right-in-the-feels/

Au Japon un sourire imparfait est plus séduisant! (+ vidéos et photos)


Au Japon les dents ont souvent été symbole de beauté, noircies elles constrastaient avec la peau très blanche, imparfaites elles apportent un petit côté « normal » qui devrait vous rendre plus attirant pour le sexe opposé. On considère les filles qui ont ces dents comme étant « mignonnes »,c’est un peu comme les japonaises qui préfèrent les hommes avec des lunettes.

  C’est ce qu’explique ce site http://www.broadsheet.ie/tag/tsuke-yaeba/ qui propose même des fausses dents à poser sur ses dents « normales » pour être moins parfaite.

Anyone seeking Tsuke-yaeba will need to fork out upwards of ¥30,000 ($390) and undergo a short procedure as a Plaisir dentist applies the plastic gnashers with glue. Naturally, they’re color-matched to your real teeth.

C’est ce que les Japonais appellent des Tsuke-yaeba. Celle ci (fausses) sont collées sur vos vraies dents (un peu comme nous avec les crocs de gothiques, qui eux ne sont pas forcément collés).

Au Japon tout est toujours « sugoiiiiiii » même se faire poser des fausses dents !!!

Bon ça déjà…   Mais récemment un groupe a été formé avec des jeunes filles qui ont ces dents imparfaites : Nana, Mio et RIka ont 18 ans et ont été choisies parmis des jeunes filles récrutées par une clinique de soins dentaires spécialisée dans les “tsuke yaeba.”

Le 1er concert du groupe tyb48 a eu lieu à Akihabara le 30 avril et leur 1er CD s’intitule  “Mind If I Bite?” / « ça t’ennuie si je te mors? »

Ici leur site: http://tyb48.com/

 

les hikikomori article de aujourd’hui le japon


Les Hikikomori, un problème insoluble?

le 28/7/2010 à 12h47
 par Benjamin Gauducheau (Aujourd’hui le Japon)

Les
Hikikomori sont ces personnes qui se coupent de toute vie sociale
pendant de longues périodes. Selon un récent sondage, ils seraient près
de 230 000 au Japon.

"Crise nationale". C’est par ces mots chocs que le quotidien Mainichi décrit le phénomène Hikikomori dans un éditorial publié récemment. 
Alarmant, l’éditorial appelle le gouvernement à se préoccuper vraiment
de ce problème de société tout à fait japonais. Il faut dire qu’à en
croire les chiffres, le phénomène paraît préoccupant. 
Selon un récent sondage gouvernemental, ils seraient près de 230
000 personnes à ne sortir de leurs chambre que pour aller faire des
courses. Ce chiffre s’élève à 700 000 si l’on y ajoute les personnes
qui ne sortent que pour faire des choses relatives aux loisirs.
Selon les résultats du sondage, 70% des Hikikomori sont de sexe
masculin. 44% auraient commencé à s’enfermer à cause de problèmes de
recherche d’emploi, et 46% ont la trentaine.
Par ailleurs, il y aurait près d’1,55 millions de "Hikikomori potentiels" ayant déjà penser à s’enfermer dans leur chambre.
Les critères retenus pour dans ce sondage pour définir les
Hikikomori ont été un enfermement de plus de six mois pour des raisons
autres que la garde d’enfants ou la maladie.
Les Hikikomori sont peu connus en Occident, bien moins en  tout
cas que les Otaku, ces personnes nourrissant une passion obsessionnelle
pour les mangas  ou les jeux vidéos.
Au Japon, on peine à expliquer ce phénomène, apparu durant les
années 80 et prolixe dans les années 90. On estime en général que le
processus commence par une impossibilité d’aller à l’école, qui
deviendra vite une incapacité à affronter le monde en dehors des murs
de sa chambre.
Les raisons les plus souvent avancées sont le harcèlement à
l’école, les maltraitances familiales, ou les échecs professionnels,
dans une société très compétitive.
Cependant, d’autres, tel que le professeur Tamaki Saito, l’un des
premiers psychiatre s’étant intéressé aux Hikikomori, cherchent les
raisons du côté de la culture et de l’histoire japonaise. 
Selon lui, la célébration de la solitude dans les poèmes
traditionnels et la musique, et l’isolement du Japon au milieu du
dix-neuvième siècle pourraient expliquer une partie de ce problème
propre au Japon.
Mais pour le Mainichi, c’est également "l’insuffisance de soins
aux enfants due de la pauvreté, les bizutages à l’école (…) et la
précarité de l’emploi, résultat d’une augmentation du nombre de
travailleurs à mi-temps", qui sont en cause. 
Il y a quelques années, le gouvernement avait mis en place des
camps de trois mois dédiés à la ré-intégration sociale des Hikikomori.
Mais ces programmes avaient été abandonnés car ils avaient un coût trop
élevé.

On peut également lire Shutting out the Sun: how Japan created its own lost generation de Michael Zielenziger qui traite des hikkikomori des « parasites singles ». Excellent !!!!