Tatoueur au Japon … ce n’est plus de l’art mais de la médecine


Selon une décision d’une cour de justice d’Osaka, tatouer n’est pas un art mais une procédure médicale. Les tatoueurs sont donc dans l’exercice illégal de la médecine.

 tatouer est donc maintenant un acte médical au Japon.

Un tatoueur japonais Masuda Taiki a fait appel d’une condamnation à 300 000 yen d’amende reçue pour avoir eu un salon de tatouage sans posséder de licence pour exercer la médecine. Sa demande de requalifier l’exercice du métier de tatoueur en exercice d’une expression artistique a échouée.

Je pense que peu de personnes le savent mais depuis 2001 l’exercice de la profession de tatoueur est devenue un acte médical puisque les aiguilles percent la peau du client (maintenant devenu « patient »). Percer les oreilles, le nez ou la peau pour des piercings par contre ne requière pas un diplôme.  Donc légalement seuls des professionnels ayant une formation médicale peuvent tatouer au Japon.

Comme le gouvernement japonais ne délivre pas des licences pour tatouer, la profession est donc devenue illégale… sauf si ce sont également des médecins ce qui est quand même assez improbable.

Masuda fait donc partie des artistes tatoueurs d’Osaka qui ont subi des descentes de police en 2015.  La cour de justice a quand même diminué son amende qui est passée à 15000 yen mais que va-t-il se passer pour les quelques 3000 artistes qui travaillent au Japon ? Masuda espère persuader le gouvernement japonais de mettre en place un système de licence qui permettrait aux artistes tatoueurs d’exercer en suivant des règles d’hygiène et de bonne conduite comme c’est le cas dans d’autres pays au lieu de devoir se réfugier dans la clandestinité.

 

Les étrangers qui veulent aller au Japon doivent le savoir, c’est très compliqué d’accéder a des onsens, des sentos ou même des clubs de sport avec des tatouages même tout petits. Selon ce sondage réalisé plus d’un tiers de japonaises et 2/3 de japonais ne souhaitent pas avoir de voisin tatoué lorsqu’ils sont dans un onsen ou une piscine. Seulement 24% des japonaises et 12% des japonais accepteraient quelqu’un de tatoué si le tatouage était couvert par un pansement.

On trouve déjà au Japon des pansements pour couvrir les tatouages sous le nom de « tattoo cover sheets » ici 18 euros pour 8 feuilles, ces pansements résistent à l’eau.

Tattoo Cover Sheets image de Japan Trend Shop

Cet été je suis allée dans 2 hôtels qui avaient des onsens, l’un ayant un grand onsen partagé affichait clairement une interdiction des tatouages, l’autre avait deux petitss bains qu’on privatisait le temps du bain donc là j’aurais pu avoir un tatouage.

Personnellement même si j’ai eu envie d’avoir un tatouage depuis longtemps le fait de profiter des bains japonais l’a toujours emporté ^^.

source:https://en.rocketnews24.com/2017/09/29/japanese-requirement-for-tattoo-artists-to-have-medical-licenses-may-be-nail-in-industrys-coffin/

2 réflexions sur « Tatoueur au Japon … ce n’est plus de l’art mais de la médecine »

  1. J’en avais entendu parler il y a quelques semaines. C’est aberrant tout de même, qu’il y ait des notions d’hygiene c’est tout à fait normal, mais médecine ^^’

    J'aime

    1. Oui les japonais sont mal à l’aise avec les tatouages mais ça reste une industrie florissante et réputée c’est idiot de la détruire. Ils feront une licence je pense c’est la solution la plus raisonnable.

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s