L’art du rangement à la japonaise: remercier l’esprit des objets

Publié: janvier 12, 2015 dans japan, Japon, Livres
Tags:, , , , , , , , , ,

Voici un livre qui se vend comme des petits pains non seulement au Japon mais également en Allemagne et en Grande Bretagne et vient d’être publié aux Etats-Unis: “The Life-Changing Magic of Tidying Up: The Japanese Art of Decluttering and Organizing.”. L’auteur Kondo Mari a inventé une technique pour désencombrer (declutter) et ranger (tidy).

Kondo Mari, qui explique qu’elle est obsédée par le rangement depuis qu’elle a 5 ans, a fait l’objet d’un film au Japon et, après des années de travail dans un sanctuaire shinto, elle a atteint son but: travailler en tant que consultante en rangement. La liste d’attente afin de s’offrir ses services est tellement longue (elle a dépassé les 3 mois) qu’elle n’accepte plus de nouveaux/nouvelles client(e)s

Sa technique la méthode KonMari : Pour résumer on ne garde que les objets qui sont utiles et qui vous apportent de la joie, qui évoquent une expérience positive et pour ça, selon l’auteur, on doit remercier les objets qui vous sont chers, selon elle  “It is very natural for me to say thank you to the goods that support us”.

  Les objets qui ne vous apportent pas de joie sont remerciés et envoyés vers un avenir meilleur et un propriétaire qui saura les apprécier et cette technique peut changer la vie de certaines personnes (et je ne veux aucun avis familial sur le fait que je devrais l’adopter ^^). En effet certain(e)s client(e)s se retrouvent libérés d’objets encombrant à la fois leur maison et leur esprit – les cadeaux dont ils n’ont pas besoin, les vêtements trop petits- ou qui illustrent une anxiété liée au futur -l’accumulation d’objets du quotidien.

Même son livre, une fois lu, doit suivre ce chemin.

Selon l’auteur la maison, après ce désencombrement, ressemble à un sanctuaire Shinto, c’est un endroit où il n’y a que des choses nécessaires, où nos pensées deviennent claires, ou on apprécie toutes les choses qui nous aident et où l’on peut réfléchir à soi.

[“The inside of a house or apartment after de-cluttering has much in common with a Shinto shrine … a place where there are no unnecessary things, and our thoughts become clear. It is the place where we appreciate all the things that support us,”- “It is where we review and rethink about ourselves.”]

Elle s’attaque à la maison par sections en commençant par ce qui est le plus facile à jeter/donner, les vêtements, les livres, les documents puis les objets divers et le plus difficile les photos. Au lieu de se demander quoi jeter on va se demander quels objets on veut GARDER.

Si vous êtes en famille: jetez les sacs vous mêmes votre famille n’a pas à savoir ce que vous jetez ou donnez même si elle recommande de ne pas jeter les objets qui appartiennent aux autres. (je suis d’accord) et de s’attaquer aux pièces communes en dernier.

Une fois qu’on a tout jeté ou donné on organise tout dans des tiroirs pour que les objets soient bien rangés, disponibles de suite et pas empilés ou mis en tas.

Sa méthode de rangement en vidéo ici:   https://www.youtube.com/watch?v=6RIJYKm5WeI

Une interview en anglais ici:http://blogs.wsj.com/japanrealtime/2015/02/27/qa-japans-tidying-guru-sparks-international-book-sensation/

J’adore quand elle explique qu’il est  important de toucher, de prendre chaque objet dans ses mains afin de ressentir comment on se sent avec. C’est très bien vu, parfois on peut trouver dans ses affaires un vieil ours tout râpé mais on a encore envie de le toucher car il vous rappelle quelque chose. C’est pareil pour les vêtements. ou quand on trouve un carnet ou des stickers qu’on a envie d’utiliser tout de suite ^^

Mot clefs : Konmari,

Son livre est disponible sur Amazon:http://www.amazon.com/The-Life-Changing-Magic-Tidying-Decluttering-ebook/dp/B00KK0PICK

sources (pour Kindle)

:http://www.japanrealm.com/japanese-cleaning-woman-konmari/#more-8691

http://www.thedailyjournal.com/story/life/2014/12/08/japan-joy-minimalism-home/20121421/

Publicités
commentaires
  1. fjva dit :

    J’avais lu un autre livre, écrit par une française qui vit au Japon depuis plusieurs années. Elle a un peu les mêmes conseils (sans l’aspect « remercier l’esprit des objets »).
    J’ai emprunté certains de ses conseils qui paraissent soudain évidents à la lecture, et j’essaie de procéder à cette « zenification » de l’espace… Mais vu que je viens d’un état d’esprit opposé (stocker et empiler façon écureuil!), je n’ai toujours pas fini.
    Tout ça pour dire, donc, que si on veut le même genre de livre en français, il y a ça : Dominique Loreau, « l’art de l’essentiel » – elle en a écrit d’autres dans le même registre.

    • Mchan dit :

      Je me demande si je ne l’avais pas vue en conférence ce n’est pas elle qui disait qu’elle n’avait gardé qu’un seul crayon? A l’époque avec ma meilleure amie on s’était regardées en souriant et en pensant « nooon ».
      La ça m’a déjà inspiré l’idée de ne garder que ce qui te procure de la joie mais je regarderai les bouquins dont tu parles.

      • fjva dit :

        L’histoire du crayon ne me dit rien. Par contre je me souviens que dans le livre, pour les vêtements, elle disait qu’en gros deux pantalons, 2 t-shirts et 2 pulls suffisaient, avec peut-être une tenue plus habillée pour les occasions particulières. Et je me suis dit « Toi, on voit que tu travailles de chez toi! ». ^^
        Les conseils sont à tempérer en fonction de son mode de vie, disons…
        Tous ne sont pas applicables, on est quand même tous différents.

        J’ai lu un autre livre d’elle avec des idées à piocher, « l’art des listes », dont les principales que j’ai retenues sont :
        – au lieu de conserver tous les souvenirs sous forme matérielle, en conserver une description dans une liste (avec des impressions associées) ou une photo
        – faire ses listes de « choses à faire » triées par endroit ou moyen associé (par ex « à l’ordi / au téléphone / à la maison »). Car ça ne sert à rien de balayer la liste des choses à faire sur ordi quand on est dans le métro par exemple.

      • Mchan dit :

        2 pantalons 2 t shirt 2 pulls HAHAHAHA pour une fille c’est carrément pas possible…. par contre j’ai réussi à adopter le « un rentre un sort » donc j’ai jeté une paire de bottes et je vais en racheter une. Pareil pour les vêtements. Plus porté donc donné ou mis au tri.
        J’ai plus de mal pour les papiers vu qu’ils faut garder certains documents plusieurs années et pour les livres impossible de les jeter ou de les donner car j’adore mes livres!
        Par contre une description d’un objet/souvenir pour moi ce n’est pas le souvenir donc je ne me vois pas le faire.
        Tu as raison on est tous différents. Il y a une émission US sur les accumulateurs compulsifs qui m’encourage à ranger parfois je range tout en la regardant.

  2. fjva dit :

    J’essaie d’adopter le « un rentre un sort », mais comme ce qui rentre dépend parfois de besoins ou d’occasions, ce qui sort ne correspond pas toujours… Par ex, cette semaine j’ai donné des livres et acheté des pulls ^^
    Pour les livres, j’étais comme toi pendant très longtemps. Il n’y a que depuis peu que j’arrive à me détacher de certains, mais j’avoue que là, impossible de simplement jeter… donc j’essaie de vendre (même si c’est pour 10 centimes le livre comme à Boulinier, l’essentiel pour moi est que le livre ait une chance de trouver une nouvelle maison et que peut-être, quelqu’un qui le cherche puisse le trouver), ou de donner. Dans mon immeuble, les habitants laissent de temps en temps des livres sur la rangée de boîte aux lettres dans le hall… Si ça ne trouve pas preneur au bout de plusieurs jours, là seulement on jette.

    • Mchan dit :

      bonne idée mais je ne suis pas sure que mes bouquins en anglais ou sur la culture japonaise trouvent preneur ^^.

      • fjva dit :

        Après, l’autre bémol est… il faut avoir fini de s’intéresser au sujet en question, bien sûr 😉 Ou être suffisamment sûr qu’on l’a assez digéré et qu’on n’a plus besoin de tel ou tel ouvrage.
        Moi je suis dans une phase où je tourne beaucoup de pages, afin de faire de la place pour les futures. Mais il y a 3 ans, je n’aurais pas pu car j’étais encore dans les sujets en question.
        Donc c’est aussi une question de timing.
        Il y a par contre des étagères entières que je conserve précieusement car ils me tiennent encore à coeur.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s