Shopping au Japon. Achetez des senjafuda : les étiquettes qu’on colle dans les sanctuaires.

Publié: janvier 28, 2012 dans japan, Japon, Travel, voyage au Japon
Tags:, , , , , , , ,

Tagger son nom sur le portail d’un sanctuaire !!! JAMAIS !!! C’est pourtant un peu ce que font les japonais avec ces autocollants que l’on trouve un peu partout. Comme on n’arrive pas à les lire en général on se demande bien ce qu’ils veulent dire.

En fait ce sont des senjafuda 千社札 (on retrouve le 千sen de 1000 et le 社札 fuda de hanafuda le jeu de carte et cela a le sens de 1000 shrine tag ou étiquette des 1000 temples. Selon le Japan Times cette pratique remonterait au 10e siècle quand l’empereur Kazan a commémoré une visite dans un temple en écrivant un poème et en le collant sur la porte du temple.

Il y a 2 types de senjafuda: ceux en noir et blanc avec des noms que l’on appelle daimei nosatsu et les plus colorés et détaillés les kokan nosatsu qui ont même été collectionnés et publiés dans des livres d’art.

 regardez bien le petit homme avec le parapluie, il est également sur une des cartes du hanafuda c’est Ono no Michikaze..

Hors de question d’aller dans un temple et de juste coller son autocollant où on le veut comme un vulgaire tag, il y a un rituel à suivre:

-Tout d’abord, il faut demander au temple si les senjafuda sont autorisés.

– Si c’est le cas on paie quelques centaines de yen et on fait tamponner son carnet de temples le nokyocho ou pilgrimage book/livre du pélerin, (c’est ce carnet spécial vendu dans les temples qui permet de collectionner les tampons calligraphiés des différents temples. Un prêtre vous calligraphie un extrait de sutra ou quelques mots par dessus ce tampon et même parfois on peut avoir une feuille collée dessus)

– Ensuite on cherche un bon endroit  MAIS on ne doit jamais coller son senjafuda sur un édifice qui a le statut de propriété culturelle  « important cultural property »  ou sur les plaques votives encadrées que l’on voit dans certains temples ou sanctuaires. On ne colle pas non plus son nom au dessus de celui de quelqu’un d’autre.

Selon l’article certains préfèrent un lieu où le senjafuda sera remarqué tandis que d’autres préfèrent des endroits plus protégés des éléments mais tous sont d’accord sur un point: plus c’est haut mieux c’est !

– Comment placer son senjafuda le plus haut possible ? En fait on utilise une canne en bambou télescopique (un sao) qui vous permet d’atteindre 7m de hauteur . On brosse la surface avec une brosse puis on met de la colle sur l’envers du senjafuda et on l’applique toujours grâce à cette canne, ce qui demande une certaine adresse.

De nombreux temples refusent maintenant que l’on colle des senjafuda car il y en avait trop et aussi à cause des exemplaires modernes que l’on peut acheter dans les boutiques et qui sont adhésifs car ils abîment le bois.  Avec tout les hanafuda cela ressemble à ça!!!

Vous pouvez les acheter et les coller sur la couverture d’un cahier!

Vous pouvez lire l’article de Alice Gordenker dans la partie WHAT THE HECK IS THAT? du Japan Times http://www.japantimes.co.jp/text/ek20101118wh.html

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s