spectacle de marionettes à la maison de la culture du Japon


 
Ce soir je suis allée avec hélène chan voir LA LANTERNE PIVOINE 1ère création du  Théâtre de marionnettes à fils d’Edo crée par Isshi Yûki.
 
J’ai vu qu’il y allait avoir du changement par rapport à un spectacle traditionnel quand je suis entrée dans la salle. Des deux côtés de la scène, un peu en retrait, se trouvaient des tables de mixage et au fond un grand écran.
 
Ce spectacle mélange en efftet des marionnettes à fil à des effets sonores mixés en direct, des acteurs interprétant les voix des personnages et des images.
 
L’histoire en elle-même est l’adaptation d’un récit fantastique de San Yutei auteur d’histoire pour le Rakugo du XIXe siècle qui s’est inspité d’une légende chinoise du XIVe siècle. Un conte terrifiant qui raconte l’amour fou d’un femme dont le fantôme vient hanter son amant.
 
J’ai trouvé que cette façon de mélanger les marionnettes et les acteurs ainsi qu’une bande son mixée en direct, le bruit des clochettes données par la femme fantôme à son amant est en effet donné en direct et l’on voit la personne qui agite les clochettes, faisait exploser le spectacle tel qu’on le conçoit habituellement.
 
IL faut dire que je suis une fana de pop japonaise alors j’ai craqué  pour la voix de ATARU NAKAMURA  "jeune artiste au charme androgyne" selon le dépliant de la Maison de la Culture du Japon, et, sur scène, femme à la voix envoûtante et doté d ‘une capacité lacrymale très développée ( je pense que je vais prendre des cours d’ailleurs parceque c’est vraiment un art).
 
Elle arrive de derrière les rangées de fauteuils et on entends chanter mais j’ai d’abord pensé que c’était une voix enregistrée, ensuite que c’était une femme, et tout à la fin j’ai réfléchi à ce fameux dépliant qui parlait d’un homme. Elle est habillée d’un splendide kimono sombre avec des fleurs de coquelicots et des paillettes rouges, les manches très longues que sa suivante pose élégamment lorsqu’elle est assise, des tabis blanches aux pieds, les cheveux longs.
 
Bizzarement, le spectacle est coupé à un moment et l’on voit un extrait d’une interview de Isshi Yûki qui parle de l’origine du théâtre de marionnettes au Japon et de son origine occidentale, mais cela explique sans doute ce choix de mélanger video , acteurs et marionnettes.
 
Quant à mes voisins, certains s’attendaient visiblement plus à un spectacle traditionnels et on été déçus. Moi j’attends avec impatience de trouver sur internet des chansons de  Ataru Nakamura et de le mettre sur ma liste des chansons de karaoke.
 
 marionette
 
 
le site de Ataru Nakamura  Generate Your Own Glitter Graphics at GlitterYourWay.com

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s